Août 2019 : visite en Valais de 22 étudiants d’Esperanza avec leurs accompagnants et le président d’EVA Hugo Donnet

Août 2019 : visite en Valais de 22 étudiants d’Esperanza avec leurs accompagnants et le président d’EVA Hugo Donnet

 

Du 15 au 27 août 2019, 22 étudiants du collège de San José (Esperanza) accompagnés de 6 responables et du président des associations valaisannes d’Argentine Hugo Donnet, ont visité la Suisse et en particulier le Valais où ils ont été accueillis par Valaisans du Monde. Leur programme chez nous ? Logement aux Collons, visite de la Grande Dixence et des villages typiques, de la capitale, rencontres avec les responsables des 6 communes jumelées avec Esperanza (Vex, Hérémence, Saint-Martin, Riddes, Trient et Champéry), découvertes des moeurs et traditions du Vieux-Pays… Ce fut un vrai bonheur de partager ces quelques jours avec ce groupe dont la jeunesse et l’énergie ont été communicatifs.

Christophe Carron

 

A Sion, dans la Grand Rue : le groupe des étudiants argentins avec leurs accompagnants, le comité de Valaisans du Monde et le président des associations valaisannes d’Argentine.
Réunion du comité de Valaisans du Monde et apéritif sur la terrasse de l’appartement d’Eric Rudaz (Hugo Donnet, tee shirt rouge, debout à gauche).
Le conseiller communal de Sion Raphaël Marclay, son amie et quelques accompagnants du groupe d’Esperanza à la salle Supersaxo.
Le président de Valaisans du Monde Eric Rudaz (2e à gauche) et des visiteurs argentins affrontent le soleil sédunois à la rue de Conthey…
Accueil et repas à la salle Supersaxo à Sion.
Emigration valaisanne en Argentine : quelques livres récents déposés à la Médiathèque Valais à Sion

Emigration valaisanne en Argentine : quelques livres récents déposés à la Médiathèque Valais à Sion

 

Durant le mois d’août 2019, Valaisans du Monde a eu le plaisir d’accueillir en Valais le président des associations valaisannes d’Argentine Hugo Donnet et le père Bernardo Blanchoud d’Humboldt. Ils ont apporté divers livres récemment publiés en Argentine, pour que nous les remettions à la Médiathèque Valais à Sion. Ces livres seront placés dans les rayons du Centre de documentation sur l’émigration valaisanne. Ils concernent essentiellement l’histoire des familles qui ont fondé et peuplé, au XIXe siècle, la première colonie agricole d’Argentine Esperanza, jumelée aujourd’hui avec les 6 communes valaisannes d’Hérémence, Vex, Saint-martin, Riddes, Trient et Champéry. Ce sont des ouvrages précieux, écrits par des descendants d’émigrés désireux de rendre hommage aux pionniers et à leurs descendants, afin que les générations présentes et à venir n’oublient jamais quelles sont leurs racines, et mesurent à sa juste valeur le travail de colonisation remarquable réalisé par leurs prédécesseurs.

Christophe Carron

« No Hay Rosas Sin Espinas », 2016
(« Il n’y a pas de roses sans épines »)
de Miguel A. Donnet, avec la collaboration de Hugo R. Donnet

C’est l’histoire romancée de la famille de Cipriano Nicola Donnet et Maria Sofia Rouiller, partie de Troistorrents en 1859 pour s’établir à Esperanza, première colonie agricole d’Argentine, et de ses nombreux descendants installés par la suite au nord de Santa Fe, dans les provinces septentrionales du Chaco et de Formosa, puis sur tout le territoire national.

 

« Los Heinzen en la Colonia de Esperanza – Silenciosa familia valesana », 2018
(« Les Heinzen à la colonie Esperanza en Argentine »)
de Fernando Alcides Heinzen

L’essentiel de ce livre concerne les recherches pour établir l’arbre généalogique de la famille haut-valaisanne Heinzen installée à la colonie Esperanza et dans la province de Santa Fe. Son auteur Fernando Alcides Heinzen écrit dans sa dédicace à la Médiathèque cantonale de Sion : « Ce livre est un hommage à ceux qui ont quitté leur patrie suisse, mais aussi un geste de gratitude envers ceux qui ont travaillé et fondé la colonie Esperanza en Argentine. Avec mon estime pour tous ceux qui oeuvrent à la Médiathèque Valais, en particulier au Centre de documentation sur l’émigration valaisanne. Juin 2019 »

 

« Entidades Valesanas Argentinas – 1993-2003 : 10 anos de encuentros y emociones, 2013
(« Les Entités valaisannes d’Argentine – 1993-2003 : 10 années de rencontres et d’émotions ») de Carlos E. Pralong

L’auteur Carlos E. Pralong est un descendant direct d’Antoine Pralong, un des fondateurs le 2 juillet 1859 de la colonie San José (province d’Entre Rios). Professeur et auteur de livres et de traductions en rapport avec l’émigration valaisanne (il est avec Sandra Gaillard l’un des deux traducteurs en espagnol du livre « Nos cousins d’Amérique »), Carlos Pralong figure parmi les initiateurs et les animateurs de l’association EVA qui regroupe toutes les organisations valaisannes d’Argentine. Dans ce livre, il retrace la genèse et les premières années de cette association, qui aujourd’hui encore stimule les activités « valaisannes » de ses membres, les rencontres, les échanges avec le Vieux-Pays, et dont le rayonnement touche le pays tout entier

 

« Primeras colonias de predominio suizo en Argentina 1856-1858 – Su incidencia en el desarrollo del pais », 2013
(« Premières colonies de prédominance suisse en Argentine 1856-1858 – Leur importance dans le développement du pays »)
de Maria del Carmen Jullier et Hugo René Donnet

Paru en 2013 sous l’égide d’EVA (Entidades Valesanas Argentinas), ce livre de Maria del Carmen Jullier et Hugo René Donnet évoque de manière simple et didactique la création et les débuts de 5 des premières colonies fondées majoritairement par des immigrants valaisans, de 1856 à 1858 : Esperanza, Baradero, San José, San Jeronimo Norte et San Carlos Centro.

Un nouveau livre sur l’émigration des Valaisans aux XIXe siècle

Un nouveau livre sur l’émigration des Valaisans aux XIXe siècle

Maurice Carron de Bagnes, membre de Valaisans du Monde et ami du Musée historique de San José depuis de longues années, est un passionné de tout ce qui touche à l’émigration valaisanne en Argentine où il vit l’essentiel de son temps. Après de longues et minutieuses recherches, il publie aujourd’hui une œuvre majeure : « Valaisans émigrés au XIXe siècle ». Ce livre traite des flux migratoires du Valais en Amérique. Il est le résultat de patientes investigations pour répertorier les noms des immigrants, leurs communes d’origine, leurs professions, le nom de leurs parents, et leurs lieux d’implantation non seulement en Argentine, mais aussi au Brésil et aux Etats-Unis.

C’est pour le Musée de San José, l’un des plus importants en Argentine sur l’immigration des Valaisans, un apport considérable et un réel plaisir de pouvoir désormais compter sur une nouvelle œuvre évoquant nos nombreux compatriotes qui ont fondé la colonie San José en 1857 et qui ont, par des implantations successives, contribué au développement de cette région de l’Entre Rios.

Valesanos emigrados en el siglo XIX

Maurice Carrón, de origen valesano de Bagnes y amigo del Museo desde hace muchos años, es un asiduo investigador de la inmigración valesana a nuestro país.
Esta nueva obra „Valaisans émigrés au XIXe siècle“ es un compendio completo y minucioso de las diferentes corrientes migratorias del Valais a América. Se trata de una investigación completa donde se detallan los nombres de los inmigrantes, comuna de origen, profesión, nombre de los padres, localidad de asentamiento no solo de nuestro país, también de EEUU y Brasil.

Es realmente un placer contar con otra obra de investigación para así poder rastrear los orígenes valesanos de las familias llegadas, en este caso, a San José.
El libro está a disposición para ser adquirido en el Museo.

Joyeux 91e anniversaire, Juan Esteban Rougier !

Joyeux 91e anniversaire, Juan Esteban Rougier !

 

Juan Esteban Rougier, l’un des pères des retrouvailles entre les Valaisans et leurs cousins d’Argentine, a fêté en mai 2019 son 91e anniversaire. L’histoire de notre association « Valaisans du Monde » est jalonnée de rencontres, de collaborations et d’amitié avec ce prêtre qui n’a cessé d’œuvrer pour faire connaître et promouvoir nos actions et pour faire aimer notre canton dans sa belle région de Villa Elisa, San José et Colon. Son ami Alejandro Gonzalez Pavon de Colon a rédigé sur Facebook le message que nous reproduisons ci-dessous… et avec ses nombreux amis valaisans, dont beaucoup de jeunes, nous lui souhaitons un joyeux anniversaire et mille bons vœux pour les années à venir.

Valaisans du Monde

« FELIZ CUMPLEAÑOS, Padre Juan Esteban Rougier !
Alguna vez un poeta te bautizó como “EL CURA HORNERO” porque lugar donde estuviste, construiste obras materiales y espirituales. Construiste puentes entre América y Europa. Brindaste y brindas tus conocimientos en todas las materias. Porque me contagiaste el amor por las genealogías y el respeto por la historia de nuestra región, por eso y mucho más, agradecido de estos 19 años que vamos compartiendo juntos. Rogando a Dios que nos de muchos años más para seguir aprendiendo y seguir dando a nuestra ciudad lo que se merece.

Vamos por mas, querido maestro y amigo! »

Alejandro Gonzalez Pavon

Le père Juan Esteban Rougier
Joyeux anniversaire, père Rougier !
Assemblée générale de Valaisans du Monde  Hérémence, 4 mai 2019 – Impressions…

Assemblée générale de Valaisans du Monde Hérémence, 4 mai 2019 – Impressions…

Juste après l’assemblée générale de Valaisans du Monde le 4 mai à Hérémence, Agustin Addy, nouveau membre du comité, né en Argentine et habitant en Valais, a écrit ces quelques mots en espagnol, sa langue natale, pour partager quelques-unes de ses impressions.

« MERCI BEAUCOUP! Gracias! a la Asamblea General de la Asociacion Valesanos del Mundo, POR INVITARNOS a ser parte del nuevo COMITE de direccion. Especial gracias a Eric Rudaz , su présidente, el cual con una enorme energia sostiene fuertemente la Asociacion, asi como a Christophe Carron co-autor del libro „Nuestros primos de America“, una obra indispensable para los que busquen sobre la emigracion valesana.
Tambien la Asociacion sostuvo la edicion en frances del libro „Los Caminos del Reencuentro“ del padre Juan Esteban Rouggier. En el mismo resume la historia que permitio el „reencuentro“ desde la década del 70, protagonizada por el autor junto a los hermanos Carron (el sacerdote Gabriel Carron y su hermano Alexandre Carron), tambien las actividades, las asociaciones formadas como las asociaciones Valesanos del Mundo, Valais Argentina y Fulliérains del Mundo.
Eric hace un llamado a los jovenes para alimentar el reencuentro, para motivar los intercambios juveniles secundarios y tambien la investigacion a nivel de la elaboracion de tesis sobre tema de la emigracion valesana. Comuniquense los interessados ! »

Agustin Addy

Info: GV 2019

Info: GV 2019

Sehr geehrte Damen und Herren,

Um einen Moment des Austausches, der Freundschaft zu erleben und eine Bilanz des laufenden Jahres ziehen zu können, sind Sie herzlich eingeladen, an unserer 27. Generalversammlung teilzunehmen, die stattfindet am :

Samstag, den 4. Mai 2019 um 17:30 Uhr
in Hérémence, Bürgersaal.

 

Vor der GV um 16:00 ist eine begleitete Führung des Museums des Dorfes vorgeschlagen. Nach der GV wird ein Apero serviert und anschliessend, im Restaurant du Lac, das Abendessen bedient.

Mit dem Anmeldeschein im Anhang können Sie per Post an die Obgenannte Adresse oder per Mail an die Adresse info@valaisans.com Ihre Teilnahme an diesen Ereignissen bestätigen.

 

Valaisans du Monde / Walliser in aller Welt
Das Komitee

Hommage au père Lorenzo Cot  à l’occasion du 150e anniversaire de sa mort

Hommage au père Lorenzo Cot à l’occasion du 150e anniversaire de sa mort

Le père Lorenzo Co symbolise le montagnard alpin avec ses qualités et ses défauts. Il rassemble les traits caractéristiques des habitants du Piémont, de la Savoie et du Valais. Ces trois régions se touchent dans les Alpes, et leurs ressortissants se sentent comme des frères. Ils partagent un caractère fort, les mêmes idéaux, des convictions bien affirmées, une foi solide et des principes pour lesquels ils sont prêts à se battre. Le père Lorenzo Cot, dont la vie et l’histoire ont été évoquées par plusieurs témoins de l’époque et par des historiens reconnus comme Celia Vernaz, Alejandro R. Gonzales Pavon et quelques autres, était doté d’une grande intelligence, d’une détermination sans faille quand il s’agissait de défendre les colons récemment immigés des Alpes. Il s’est attaché à promouvoir les valeurs sociales, humanistes et chrétiennes des colons de San José et de sa région, avec succès car il était doté d’une personnalité à la hauteur des défis qu’il se proposait.

Lorenzo Cot est originaire de Fenestrelle dans le Piémont oì il est né en 1825. Il a émigré en Argentine avec le convoi des Valaisans, des Savoyards et des Piémontais qui ont fondé la colonie San José en 1857, et très tôt il se fait remarquer par le général Urquiza, alors président de la République argentine et fervent promoteur de la colonisation de son pays. Celui-ci en fait bientôt son aumonier et son conseiller au palais de San José.

En 1858, le général, désireux d’agrandir la colonie San José, l’envoie en Europe pour recruter de nouveaux immigrants. Pour assurer le succès de son entreprise, le père Cot rédige une brochure dans laquelle il présente la colonie, ses atouts, la prospérité à laquelle elle est promise. Il en publie des extraits dans les journaux, parcourt inlassablement le Valais, le Piémont et la savoie, rencontre les hautes autorités de ces régions, et son action est si efficace qu’elle obtient finalement un grand succès, puisque 4 convois d’émigrants quittent l’Europe pour l’Argentine en 1859.

Dès son retour à San José, le père Lorenzo Cot s’implique dans la défense des droits des colons, ce qui provoque quelques conflits avec les autorités locales. D’autre part, certains s’irritent de son zèle à vouloir limiter aux catholiques le peuplement des colonies de la région, pour en assurer, pense-t-il, une plus grande unité. Ces tensions créent dans certains milieux un climat hostile au père Cot, au point qu’on lui interdit d’officier dans l’église de Colon dont il est le curé, et que l’inimitié que certains lui manifestent aboutit à son assassinat dans la nuit du 29 septembre 1868.

La mort du père Lorenzo Cot est édifiante. Alors qu’il loge chez des amis à Colon, un individu louche au visage recouvert frappe à la porte de ses hôtes et lui demande de venir au chevet d’une personne très malade. Ses amis lui déconseillent de suivre cet inconnu, mais le père Cot ne veut pas prendre le risque de refuser son secours à une éventuelle personne dans le besoin. « Je ne crains rien pour moi. Comment pourrais-je vivre avec le remords de n’avoir pas répondu à un appel de détresse ? » N’écoutant que son cœur et sa conscience, faisant fi des dangers potentiels, Il suit l’individu et dans la nuit, est attaqué par plusieurs complices armés de couteaux et d’armes à feu.

C’est ainsi qu’il y a juste 150 ans mourait, dans l’accomplissement courageux de son ministère de prêtre catholique, un père que ni les obstacles ni les menaces n’ont fait dévier du droit chemin de l’Evangile.

Aujourd’hui en Valais, on se rappelle avec émotion la vie de cet homme engagé sans compromission au service de Dieu, de l’Eglise et de ses frères colons. Le père Cot a été un pionnier à une époque où les pampas étaient encore désertes et parfois dangereuses, il aimait le pays qui l’a accueilli et qui a généreusement donné des terres et des ressources aux immigrés valaisans, piémontais et savoyards qui n’avaient pas chez eux suffisamment de quoi vivre décemment.

Par ce message, le Valais et les Valaisans s’associent aux célébrations du souvenir qui se déroulent en Argentine à l’occasion du 150e anniversaire de la mort du père Cot. Ils vous redisent encore le respect et l’admiration pour cet homme d’Eglise qui a servi la communauté des colons avec zèle et abnégation.

Merci donc de nous avoir donné l’occasion d’écrire ces mots, de vous saluer et de vivre en pensée et par le cœur ce 150e anniversaire particulier.

Au nom de l’Association Valaisans du Monde,
Au nom des Valaisannes et des Valaisans :
Alexandre et Christophe Carron, auteurs des livres « Nos cousins d’Amérique »

L’ouvrage de Celia Vernaz, professeure et historienne de San José, consacré à la vie et la mort violente du père Lorenzo Cot
La chapelle édifiée sur le lieu où le père Cot a été assassiné le 29 septembre 1868
Olguita Bonvin de Colon, descendante d’émigrés valaisans, lit le message écrit en Valais en hommage au père Lorenzo Cot à l’occasion du 150e anniversaire de sa mort. La cérémonie a eu lieu en face de l’église de Colon.