Le père Rougier, artisan des retrouvailles entre le Valais et l’Argentine, nous a quittés

Le père Rougier, artisan des retrouvailles entre le Valais et l’Argentine, nous a quittés

La triste nouvelle est tombée mardi 16 juin 2020 : quelques semaines après avoir fêté ses 92 ans, le père Juan Esteban Rougier a rejoint la maison du Père à Colon (Entre Rios) où il vivait ces dernières années. Né dans la petite ville toute proche de Villa Elisa, colonie fondée au XIXe siècle par des Valaisans, des Savoyards et des Piémontais, il en devient le curé en 1965 et le restera jusqu’en 2000, année à partir de laquelle il exercera son ministère à Colon.

Dans son communiqué du 16 juin 2020, l’évêché de Concordia dont dépendent les paroisses de Colon et Villa Elisa, relève « l’intense activité pastorale et sociale de ce prêtre apprécié pour la force de ses convictions et l’amour de ses paroissiens ».

En 1970, sur l’insistance de son évêque Mgr Ricardo Rösch, le père Rougier se rend à Bruges en Belgique pour suivre une formation sur la pastorale dans les paroisses. Avant de s’envoler pour l’Europe, certains de ses paroissiens lui demandent de profiter de ce séjour pour se rendre en Valais, afin de voir si ce canton suisse est la patrie d’origine de leurs ancêtres.

C’est ainsi qu’une suite de rencontres et de découvertes inattendues vont conduire aux retrouvailles entre les Valaisans, les Piémontais, les Savoyards et leurs cousins argentins.

Pour que ses démarches en ce sens ne tombent pas dans l’oubli, le père Rougier a rédigé trois ouvrages intitulés « Los Caminos del Reencuentro », dont le tome consacré au Valais publié en 2009 a été traduit en français, sous l’égide de Valaisans du Monde, par le professeur sédunois Fidel Fernandez et sa classe d’espagnol du lycée-collège des Creusets. L’ouvrage en français s’intitule « Les Chemins de la rencontre » et est disponible auprès du comité de Valaisans du Monde.

Il y a des êtres qui, quand on pense à eux, apparaissent dans une image chaude et rassurante. Le père Rougier est de ceux-là. Dans la mémoire de ceux qui l’ont connu resteront l’inaltérable enthousiasme d’un homme, Valaisan de cœur, qui a passé sa vie à construire des ponts, engagé au service de sa foi et de ses frères, fidèle en amitié.

Le comité de Valaisans du Monde